Joséphine Tilloy

 Accueil > Direction artistique 

Fr/
Joséphine Tilloy est issue de 4 générations d'artistes femmes. Elle se forme à Bruxelles en intégrant la formation Danse et Pratiques Chorégraphiques de Charleroi Danse en partenariat avec La Cambre, l'INSAS et l'ULB. Auparavant, elle choisit d'ouvrir son parcours en alliant théorie et pratique à l'université Paris-8 en théâtre et en danse et aux Rencontres Internationales de Danse Contemporaine. En même temps qu'un sport-étude gymnastique, elle commence la danse par des ateliers d'improvisation avant d'intégrer un cursus en horaires aménagés. Joséphine Tilloy est aujourd’hui interprète dans les pièces de Claire Gerald, Bouchra Ouizguen, elle improvise dernièrement dans une carte blanche de Marco Berrettini et dans une performance de l'artiste Claire Chassot. En tant qu’autrice, elle commence l'écriture à la croisée des langages artistes via des collaborations avec des artistes, des musiciens, et des metteurs en scène en France, en Belgique et en Tunisie. Pour mettre en place ses projets, elle crée la structure vibrisses.

© Aurélie Baudet

  • Instagram

En/
Joséphine Tilloy comes from four generations of women artists. She trained in Brussels by joining the Dance and Choreographic Practices course at Charleroi Danse in partnership with La Cambre, INSAS and the ULB. Before that, she chose to open up her career by combining theory and practice at the University of Paris-8 in theatre and dance and at the Rencontres Internationales de Danse Contemporaine. At the same time as studying gymnastics, she began dance with improvisation workshops before joining a special timetable course. Joséphine Tilloy is now a performer in pieces by Claire Gerald, Bouchra Ouizguen, she recently improvised in a carte blanche by Marco Berrettini and in a performance by the artist Claire Chassot. As an author, she begins writing at the crossroads of artistic languages through collaborations with artists, musicians and directors in France, Belgium and Tunisia. To set up her projects, she created the vibrisses structure.

 

Ghislaine Louveau

finals-13.jpg

Ghislaine Louveau, danseuse, aime se mettre au service d’écritures chorégraphiques ciselées. Ainsi elle danse au sein de la compagnie Leste de Mariam Faquir depuis 2014 et collabore avec Joséphine Tilloy au sein de Vibrisses depuis sa création.  Elle a également pu travailler avec Raphaël Soleilhavoup, Claire Gérald, Tangible : Sébastien Molliex et Edwine Fournier, Laetitia Doat, Nicolas Maurel. Au fil des ans, elle développe également un goût prononcé pour l’improvisation et la composition instantanée, appétit qui l’ont conduit à performer avec/pour les plasticiennes Natalia Jaime-Cortez, Iris Dittler et la chorégraphe Bleuène Madeleine. En parallèle d’un premier parcours professionnel de psychomotricienne, Ghislaine Louveau participe aux ateliers de recherche et/ou de création d’Agnès Dufour, Christine Gérard, Christian Bourigault et Christine Bastin puis se forme aux RIDC, elle y obtient son DE de professeur de danse contemporaine. Cette double formation l’amène à apprécier particulièrement les situations de transmission réalisées avec les compagnies.

Ghislaine rencontre Joséphine lors de leur formation au RIDC. Elles sont interprètes ensemble au sein des compagnies Leste et TAM avant de collaborer au sein de Vibrisses. Ghislaine danse dans Rosalie et Evila et participe aux projets de transmission avec les publics (Héro.ïne.s Bis et partenariat avec le conservatoire de Boulogne-Billancourt).

Léa Mecili

lea.png

Léa Mécili se forme aux danses orientales et traditionnelles d’Afrique du Nord auprès de Leila Haddad, à la danse contemporaine aux R.I.D.C et au théâtre à l’A.I.T Blanche Salant et Paul Weaver. En 2002-2004, elle travaille avec la Compagnie Leila Haddad et collabore depuis 2006 avec l’artiste plasticien Yves Yacoël. Elle participe à la création de La Compagnie Qui, collectif né au théâtre des Bouffes du Nord avec le soutien de Micheline Rozan et de Peter Brook. Elle y joue Le Roi Lear, Les Mouettes, Les Justes. En 2013, elle rencontre la chorégraphe Claire Gerald et  devient interprète de la Compagnie TAM, elle participe aux créations Extrait des sens, Mémoire du vertical et Même pas peur de tomber. Elle travaille depuis 2014 avec le metteur en scène Nebil Daghsen, et participe aux projet artistiques Prénom masque et Sangate Ebola créés et joués entre la France, le Liban et la Tunisie. Sa rencontre avec la chorégraphe Joséphine Tilloy en 2012 marque le début d’une collaboration qui ne cesse de grandir et qui s’est affirmé avec la création de Vibrisses en 2019. Elle est ainsi interprète dans « Rosalie" et  « Evila »  et participe à différents projets avec les publics. Elle a également entamé en 2019 une formation en Body-Mind centering.

Hugues L.

EVILA3.jpg

Hugues L, compositeur sonore et multimédia débute son parcours en s’associant en 1999 avec Loksman pour former le groupe Psykonote. Pendant plusieurs années ce duo joue ses compositions musicales à de nombreuses occasions, sort trois albums, et participe à la production de disques vinyles (ttc family). Le binôme se consacre par ailleurs à la composition de musiques plus intimistes et décide de créer le projet Phonoxoïd. Ils sortent sous ce nom un album et un disque vinyle, et ont également composé la musique d’un court métrage. En 2004, il poursuit son parcours musical en solo, continue les concerts, les expérimentations, les rencontres et la composition, notamment sur le label Hydrophonic records (Italie), sur la compilation Trace, et sur le label ttc. Depuis 2006, il se consacre à la composition de musique et la création d’espace sonore pour le spectacle vivant et collabore ainsi avec plusieurs compagnies de danse contemporaine reconnues : compagnie TAM, Cie Bilbo, Cie Lafeuille d’automne (chicos mambo), cie FacéCie, cie Toujours après minuit de Roser Montlló Guberna et Brigitte Seth au théâtre de la ville (Change or die). Après avoir suivi une formation délivrée par l’Ircam et le TNS, il propose des installations interactives, souvent liées à la musique et à l’image, et présente un travail basé sur l’interaction danse/musique avec la performance "Cache-Cache". Il réalise aussi des créations vidéos -interactives- pour différents spectacles.

Cécile Box

CBox.jpg

Cécile Box est diplômée en design de l’ Ecole des Beaux-Arts de Rennes, puis de l’Ensatt (Ecole Nationale Supérieure des Arts et Techniques du Théâtre) où elle a suivi le cursus « conception costumes », je vis et travaille aujourd’hui entre Paris et Marseille. Son travail sur le vêtement lui permet de mettre sa pratique plastique au service d'un univers spécifique, qui varie constamment selon la nature du projet. Chaque thème est l’occasion de se pencher sur certains codes vestimentaires et sociaux, de les exagérer, les parodier, les sublimer, les réécrire, les revisiter. Comme une partition visuelle, le costume participe pleinement de l'écriture d'un personnage, dès lors qu'il entre en scène. Il devient ainsi la synthèse du propos d'un.e metteur.e en scène, du ressenti d'un.e comédien.ne et de son intuition plastique. Partie intégrante de l'esthétique globale du spectacle, le costume est pour ellel'aboutissement d'un dialogue avec les différents acteurs du projet.

https://www.cecilebox.com

Camille Da Silva

PORTAIT nb (1).jpg

Camille Da Silva, 29 ans, est danseuse contemporaine professionnelle basée à Bruxelles. Elle se forme en danse contemporaine et en ballet d'abord au conservatoire de Rennes de 2008 à 2012, puis aux Ballets du Nord de Roubaix, sous la direction de Carolyn Carlson puis de Olivier Dubois de 2012 à 2014. Après cet enseignement technique, elle rejoint en 2014 le « PEPCC - Programme de Recherche et de Création Chorégraphique », dirigé par Miguel Perreira, Vera Monteiro et Lia Rodrigues, au sein de l’école Forum Dança à Lisbonne. Elle créé là-bas son premier solo, Encontro : performance autour du thème des relations humaines et de la notion de réciprocité. Toujours à travers PEPCC, elle performe pour Lia Rodrigues ainsi qu'Ana Boralho et João Galante. En 2016, elle obtient sa « Licence en Médiation Culturelle et Développement de projets en danse et cirque » à Toulouse. En 2018, elle s’installe à Bruxelles où elle continue de se former à travers différents stages et workshops de danse avec notamment Anton Lachky, Marlène Monteiro Freitas, Peeping Tom, David Zambrano, Judith Sanchez Ruiz, Vittoria de Ferrarri Sapetto... Elle intègre en 2019 le « Certificat Danse et Pratiques chorégraphiques » dirigé par Boris Charmatz, Marco Berettini, Robyn Orlin et Benoît Lachambre à Charleroi-danse. Elle y développe son projet Evohé : une recherche chorégraphique autour de la figure de la Bacchante pour 4 interprètes. Au-delà de la danse, elle est passionnée par les questions de corps et d'identité et poursuit donc un Certificat en« Etudes de Genre et Sexualité » à l'Université Libre de Bruxelles en 2021. A travers ce cursus, elle développe son projet IMPUDICITY, une performance dansée avec des performeur·euse·s travailleur·euse·s du sexe queer issu·e·s d’un collectif féministe bruxellois. En février 2022, elle obtient son diplôme de professeure de yoga Vinyasa (200h) auprès de Sarah Derasse, certifié par Yoga Alliance. Camille rencontre la chorégraphe Joséphine Tilloy en 2019 à Bruxelles, dans le cadre de la formation « Danse et pratiques chorégraphiques » dispensée par Charleroi-danse. Elle est tout de suite très attirée par sa vision de la chorégraphie et par ses partis pris en termes de corps (physicalité, musicalité), de mouvement (recherche et écriture) et de la dramaturgie (construction de l'espace, de la scénographie, des personnages...). Elle travaille alors pour Joséphine (vibrisses) en tant qu'interprète dans sa pièce Evila(2022). Camille est également danseuse interprète pour la création 2022 Roi Musclée de Louise Buléon Kaysor (collectif La Grosse Plateforme) ainsi que pour la création 2022 Jumelles (reprise de rôle) de Mél Favre et Julie Botet (Cie Les Sapharides). Elle performe aussi pour différents artistes en France et en Belgique comme Rosie Sommers, Jesalyn Bolduc, Simon Capelle et Mélodie Lasselin, le collectif Bubble Dance, Irène Nhgb, etc. 

Félix Bataillou

IMG_1179.jpg

C’est à la suite de cours de théâtre amateur dès son plus jeune âge que Félix Bataillou s’est intéressé au monde du spectacle vivant. Après un bac scientifique il entre au BTS Audiovisuel en option métier de l’image à Toulouse afin de débuter son questionnement du cadre et de l’image. Puis il obtient une licence en Histoire de l’Art mention étude théâtrale. Avec cette première base il rejoint l’ENSATT dans le département création lumière. À travers ces 3 ans d’études il développe ses compétences techniques ainsi que son œil artistique grâce à de divers projets. Il a notamment travaillé sur les projets Hippopotomonstrosesquipedaliophobie*du et par le Collectif ES, Orgiepar Jean-Philippe Albizzati, Petite sœurpar Béatrice Venet, Marx est mortdu Collectif des Grands Mâtins, Devaste Moipar Johanny Bert, Choisir l’Ecume par Alan Payon, Innocencepar Sarah Calcine ; et a assisté Floriant LEDUC sur la création de Nouveau Mondemis en scène par Claire Deutch à Genève. Tout en gardant à l’esprit ses acquis, Félix cherche à enrichir ses expériences et à développer ses compétences. 

Rim Cividino

DSC_4756.jpeg

Diplômée de l'École Nationale Supérieure d'Architecture de Nantes, Rim Cividino suit d'abord un cursus orienté vers la scénographie où elle développe une recherche sur le dispositif de scène centrale et circulaire. Intéressée par les questions de dramaturgie, elle complète son cursus par le master en Arts du spectacle vivant de l'Université Libre de Bruxelles, dont elle obtient le diplôme en juin 2021 en réalisant un mémoire sur la dramaturgie de l'espace en danse. 

Parallèlement à ses études en scénographie et dramaturgie, Rim Cividino se forme en danse contemporaine en France et en Belgique. En 2019, elle intègre ainsi la formation « Danse et pratiques chorégraphiques » dirigée par Charleroi Danse à Bruxelles, où elle se nourrit de la pédagogie de Boris Charmatz, Marco Berrettini, Robyn Orlin, Olga de Soto et Benoît Lachambre. En 2022, elle prolonge son apprentissage pratique du mouvement par une formation aux Rencontres Internationales de Danse Contemporaine à Paris, aux côtés notamment de Anne-Sophie Lancelin et Christine Gérard.

Cette approche à la fois théorique et pratique du mouvement est un support pour ses projets professionnels en création : en tant qu'interprète sur scène (Roi Musclée de Louise Buléon Kayser, collectif La Grosse Plateforme, Paris), dans des projets de courts métrages (collectif Les Furtifs, Nantes) et en tant qu'assistante à la dramaturgie et scénographe pour la pièce Evila de Joséphine Tilloy (VIBRISSES, Paris).